Accumulation…

Aujourd’hui, j’ai craqué au boulot.

Oh, ce n’est pas la première fois, et ce n’est sûrement pas la dernière, mais voilà. Rien à voir avec le travail, mais je ne sais pas laisser les problèmes personnel derrière la porte de l’ascenseur pour les reprendre avec moi au moment d’aller travailler.

Donc j’ai craqué.

Pour quelle raison ? Et pourtant, ce n’est en soi « pas si grave », mon compagnon me dit qu’on n’aura qu’à limiter les dépenses pendant 2/3 mois et que cela ira mieux.

Sauf que… sauf qu’on limite déjà les dépenses. Tout calcul fait, une fois toutes les charges enlevées, il me reste 250€ pour tenir le mois. Alors certes, nous sommes deux, donc il doit rester à peu moins à mon compagnon, mais…  Mais voilà, avec ces sommes là, on doit payer tout ce qui n’est pas les charges: les courses, les couches (la crèche n’accepte pas le lavable), les menus dépenses santé… Je sais que c’est idiot, que je suis « une jeune adulte c’est normal », mais avec 6 ans d’études, ce qui est sensé être un bon job, je n’imaginais pas que je démarrerai dans la vie à 27 ans, en faisant attention chaque mois à chaque dépense.

Je ne sais même pas si nous pourrons finalement acheter l’an prochain comme nous l’imaginions. Pourtant avec bientôt 2 enfants (oui, je sais, 2 enfants en deux ans, mais qu’est-ce qui m’a pris ? Quelle drôle d’idée j’ai eu. Et pourtant, ce choix, je le ferai et referai, mon fils est mon petit bonheur sur pattes et j’espère que ma fille (bon, si ça se trouve ce sera un autre petit garçon, mais Marraine de n°1 attend avec impatience sa quasi-filleule que je me suis résolue à penser à n°2 comme à une petite choupette) en sera un aussi) Bref, trêve de multiparenthèses), il va bien falloir qu’on prenne plus grand.

La chambre de Minipouce ne peut déjà contenir que le strict minimum, donc deux enfants… Et bien nous en mettrons une dans notre chambre quelques temps, la belle affaire ! (en espérant qu’il n’y aura plus de moisissures cet hiver).

J’ai l’impression que dernièrement, je me prends l’âge adulte en pleine figure en fait.

C’est-à-dire que j’ai passé toute mon enfance et mon adolescence à être ce qu’on attendait de moi. Une petite princesse, façon Shirley Temple, les chansons mises à part. Et pourtant, alors que j’ai essayé et ré-essayé, je n’ai jamais réussi à être ce qu’on attendait de moi. J’ai pourtant fait les bonnes études, décroché le bon métier mais… mais ce n’est jamais assez pour ma famille.

Et alors qu’avec mon parcours, ado, je m’imaginais à 28 ans, propriétaire, 1 enfant ou en projet (le parcours français du jeune diplômé, oui, je suis classique et naïve…) je me rends compte que ce n’est pas si simple.

Les problèmes financiers, la crèche qui coûte un rein, l’impression que quand on a payé un impôt, un nouveau débarque… Bref la routine.

Et la famille… Je viens de tout juste comprendre que pour les miens, je suis l’équivalent de la folle au fond du jardin. Textuellement, je suis un « extraterrestre qu’on ne comprend pas ». Bien que j’ai toujours tenté de suivre ce qu’on attendait de moi, tout en essayant de faire mes propres choix (mon pays de résidence, ma ville d’habitation, mon compagnon).

Je me rends compte que pour eux, je suis incompréhensible. Alors que la seule chose que j’espère dans la vie, c’est être heureuse, avoir un bon boulot qui me plaît, voyager… Je me rends compte que j’ai tellement essayé de me conformer à ce qu’on attendait de moi, ce qu’on me laissait espérer que j’ai revu sans cesse et sans cesse mes envies à la baisse.

Alors cette fois, c’est fini. J’accepte que tout ne sera pas comme dans mes rêves. Qu’on ne pourra sans doute pas acheter une maison (même petite) rapidement. Et que quoi qu’il se passe, ma famille m’aime mais ne m’accepte pas.

J’ai un homme, un petiot et demi, un bon boulot. What else (comme dirait Tomato Clooney) ?

Publicités